Apotheek Meysen Peer 3990 Peer : Welkom > Slaap- en kalmeermiddelen

Slaap- en kalmeermiddelen

1/08/2021: Slaap- en kalmeermiddelen
Het gebruik houdt heel wat risico's in.

Calmants & somnifères, seulement en dernier recours

Le télétravail, les petits plats maison, un rythme plus cool… Sur papier, la crise sanitaire semble offrir certains avantages. Mais, depuis plus d'un an, nous endurons les confinement-déconfinement-reconfinement, les espoirs douchés en conférence de presse, le temps passé en famille – qu'on adore, mais dont on aimerait parfois se débarrasser… Ajoutez-y la peur de contracter le virus et les doutes sur la vaccination, et vous obtenez un cocktail explosif pour notre santé mentale! Une chose est sûre : les raisons de se sentir stressé ou angoissé, au point d'en perdre le sommeil, sont nombreuses. Il peut être tentant de se tourner vers des médicaments… Mais attention, calmants et somnifères ne sont pas à prendre à la légère!

Pas une solution durable

Les calmants et somnifères peuvent être utiles pour certaines personnes. Ils agissent vite et soulagent donc rapidement les symptômes. Mais ils n'offrent pas de solution durable car ils ne traitent pas la cause et leur usage peut rapidement entraîner de l'accoutumance et de la dépendance. Une enquête récente de l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé révèle d'ailleurs que 38 % des utilisateurs de benzodiazépines (la classe de médicaments à laquelle appartient la majorité des anxiolytiques) montrent des signes de dépendance psychologique à leur traitement. Il est donc essentiel de suivre les recommandations de votre médecin sur la durée de votre traitement.

Les calmants et somnifères peuvent aussi provoquer des pertes de mémoire, de la confusion ou encore de la somnolence en journée, augmentant ainsi le risque de chute, surtout chez les personnes âgées. 
Dans la mesure du possible, mieux vaut donc se tourner vers d'autres solutions. A long terme, une bonne hygiène de vie et certaines alternatives non médicamenteuses sont plus efficaces.

Pendant la crise…

Une enquête de Sciensano rapporte qu'en décembre 2020, 1 personne sur 5 souffrait de troubles anxieux. 7 personnes sur 10 ont également déclaré éprouver des troubles du sommeil.

Quelques conseils pour combattre le stress, l'anxiété et l'insomnie

  • Mangez sainement. Une alimentation variée et équilibrée est essentielle à votre bienêtre. Limitez la consommation d'alcool, de boissons énergisantes et caféinées.

  • Changez-vous les idées. Essayez de vous réserver chaque jour un moment pour une activité agréable (hobby, relaxation…). Cela vous permettra de penser à autre chose et de vous détendre. Pensez aussi à vous accorder des pauses. Et ne laissez pas le travail empiéter sur vos moments de détente. Un bon équilibre entre vie privée et vie professionnelle est important. Encore un conseil? Riez!

  • Bougez. Une activité physique régulière, c'est bon pour la santé et le moral. Choisissez un sport qui vous plait, adapté à votre niveau. Mais évitez les efforts physiques intenses avant d'aller dormir.

  • Limitez les infos angoissantes. Réduisez le temps passé sur les réseaux sociaux, à lire des articles ou regarder des journaux télévisés traitant de nombreux sujets anxiogènes tels que la COVID-19.

  • Faites-vous accompagner. Vous pouvez vous faire aider par un professionnel via une psychothérapie ou trouver du réconfort auprès de votre entourage. Tout type de soutien est bénéfique contre l'anxiété et le stress.

 

Les somnifères et les calmants doivent être la toute dernière option. Si votre anxiété perturbe fortement votre vie quotidienne et que des conseils simples ne vous permettent pas de la contrôler, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

Faites le point sur votre consommation

Vous prenez des calmants ou des somnifères et vous vous posez des questions sur votre consommation? Le site stopouencore.be/somniferes peut vous aider à déterminer si votre usage est problématique. N'hésitez pas non plus à vous tourner vers votre pharmacien(ne). Il/elle pourra vous proposer, en concertation avec votre médecin, un programme de sevrage progressif... et vous informera sur les alternatives non médicamenteuses.